• Sophie

Industrie 4.0: La Quatrième Révolution Industrielle

Mis à jour : avr. 8

Qu’est-ce que c’est?

Industrie 4.0 est un terme créé en 2011 par une initiative allemande en réaction à la concurrence mondialisée, pour amener l’industrie à intégrer dans ses processus la puissance des nouvelles technologies.

Ses impacts peuvent être si grands, qu’on parle d’une quatrième révolution industrielle (4.0).

Vous vous souvenez de la première révolution industrielle de la fin du XVIIIème siècle? La mécanisation et la machine à vapeur ont transformé pour toujours l’artisanat en industrie. Puis, vers la fin du XIXème siècle, la seconde révolution industrielle amène l’énergie électrique, la théorisation de la chaîne d’assemblage et la production de masse. C’est encore le modèle dominant dans le monde aujourd’hui, modèle grâce auquel un objet ultra-standardisé fabriqué en masse sur des machines sophistiquées et performantes est produit à très bas prix. Depuis les années 70, on assiste à une montée en puissance de l’automatisation, de la robotisation, et à l’intégration de plus en plus étroite des systèmes informatiques dans l’industrie. C’est la transition 3.0.

Aujourd’hui, la quatrième révolution industrielle est rendue possible par les avancées technologiques gigantesques des dernières décennies dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Citons entre autres l’Internet, les réseaux informatiques et de télécommunications, l'informatisation des automates programmables et la puissance de calcul des micro-processeurs qui permettent de traiter des quantités énormes de données en des temps très brefs. On parle de Systèmes Cyber-Physiques (CPS).

Evolution des systèmes industriels du XVIIIème siècle à nos jours. Crédit Vitaminn

Cette révolution transforme radicalement, non seulement les modèles de production, mais aussi les modèles d’affaires, changeant complètement la donne à tous les stades, de la création à la commercialisation d’un produit. Elle s’applique à l’industrie mais aussi à nos manières de consommer, de prendre des décisions, d’utiliser nos resources, bref, nos vies.


Pas convaincu.e?

Montrez à un enfant de 10 ans une photo d’un timbre postal, d’un téléphone fixe à cadrant, même d’un DC-ROM. Lui n’aura aucune idée de quoi vous parlez, et vous, vous sentirez une grande vague de nostalgie vous envahir, car ce monde encore familier il n’y a pas si longtemps n’existe déjà plus. Un enfant de 2020 n’imagine pas qu’un téléphone a eu besoin d’un câble un jour, qu’on mettait plusieurs jours pour envoyer un message à quelqu’un ou bien qu’on utilisait des supports matériels pour stocker de petites quantités de données. Et oui…


Qu’est-ce que ça change?

Bien sûr, l’industrie 4.0, dans la lignée des avancées “3.0” permet d’optimiser les performances des processus industriels. La communication entre machines, entre machines et humains, les accès et contrôles à distance, la récolte d’une multitude de données en temps réel, la modélisation des processus permettent d’optimiser l’existant de façon très significative. Gain de temps, meilleure utilisation des resources, meilleur contrôle des processus, maintenance préventive sont quelques uns des bénéfices atteignables.

Par ailleurs, en allant plus loin, la conjonction de l’IoT (Internet of Things), l’IoS (Internet of Services) et de l’IoP (Internet of people) est une opportunité de repenser complètement les modèles industriels et d’affaires. De nouveaux paradigmes deviennent possibles en termes de besoins, de processus de fabrication, de modes de livraison et de consommation, de gestion des resources et de l’environnement…

Les échanges d’information (volontaires ou non) entre les entreprises et les internautes créent de nouveaux modèles qui viennent bousculer les standards traditionnels. Ainsi, nous avons vu le transport urbain, la vente au détail, l’hôtellerie, la finance et bien d’autres complètement réinventés.


Et pour nous en Tunisie?

Génie tunisien à l'oeuvre - une tente alimentée par l'énergie solaire

L’industrie 4.0 est donc un thème très vaste et nous ne faisons que commencer à entrevoir son potentiel et ses impacts. Son adoption demande des efforts importants pour les entreprises, et pas seulement financiers, car il s’agit d’un changement en profondeur, et en tout premier lieu pour les hommes et les femmes de l’entreprise.

L’outil industriel tunisien est bien ancré dans le 2.0. Ce “retard” relatif est en fait un avantage de poids, les intervenants n’étant pas plombés par des capitaux et un historique lourds. Cet avantage combiné au haut niveau de compétences techniques du pays donne beaucoup d’agilité pour passer de 2.0 à 4.0.

© 2020 by Vitaminn